Le moral

 

 

 D'après www.aviitam.com

 

 

Fréquence de la dépression lors d'un excès de poids

La dépression est un élément présent de façon fréquente lors d'un excès pondéral.

 

 

Recommandations sur le bilan initial

Il est recommandé de rechercher les troubles anxio-dépressifs lors du bilan initial d'un excès pondéral

 

Bilan initial d'un excès de Poids

 

Dépression et excès de poids. Ce que dit la Haute autorité de santé

La dépression et d’autres troubles de l’humeur sont courants chez les patients ayant une obésité : ils surviennent chez 20 % à 60 % des femmes de 40 ans ou plus ayant un IMC > 30 kg/m2.

 

Une étude réalisée aux États-Unis a montré qu’environ 20% à 30% des personnes ayant une obésité qui cherchent à perdre du poids dans des cliniques universitaires souffrent de dépression ou d’autres affections psychologiques.

 

Les femmes ayant une obésité seraient plus susceptibles de développer des problèmes psychologiques, certainement en raison de la pression sociétale qui les encourage à être minces.

 

Le repérage d’un état dépressif peut se faire à partir de quelques questions :


• Durant ces derniers mois, avez-vous ressenti moins d’intérêt ou moins de plaisir à faire les choses ?  

        
• Durant ces derniers mois, vous êtes-vous senti mal, déprimé ou sans espoir ? 


• Si le patient répond oui à l’une des deux questions, il faut envisager de lui faire remplir un questionnaire pour évaluer s’il a les symptômes suffisants pour justifier un entretien clinique complet et un diagnostic d’épisode dépressif caractérisé.   

La présence d’un trouble de l’humeur peut avoir un effet indésirable sur l’observance des interventions de perte de poids.

 

Le dépistage de ces troubles chez les personnes concernées est recommandé (recommandation de catégorie B).

 

Il faudrait commencer à traiter un trouble dépressif majeur de concert avec toute intervention prévue de perte de poids.

 

Dépression et HAS.pdf

 

 

Retour à la liste