Vaccination et autisme

    Le supposé lien entre la vaccination et l’autisme et plus particulièrement avec le ROR remonte en 1998. Le 28 février de cette année une étude évoquant ce lien est publiée dans le Lancet. Elle est menée par le médecin britannique A. Wakefield sur une série de 12 cas. Cette étude s’est révélée être une fraude. Le British Medical Journal a révélé les faits en 2011.

  
    Ce document explique comment A. Wakefield a fabriqué de faux résultats pour parvenir à établir un lien entre la vaccination ROR et l’autisme. En effet, il y a tout d’abord un conflit d’intérêt majeur. Deux ans avant la publication de cet article, A. Wakefield est engagé par un avocat R. Barr pour préparer un procès contre des fabricants du vaccin contre la rougeole. La plupart des co-auteurs l’ignorent. Avant le début de l’étude, ils expliquaient dans un document que des enfants vaccinés souffraient d’un syndrome d’entérocolite autistique (problèmes intestinaux avec troubles autistiques).

  
    Le recrutement des 12 enfants ne respectaient pas les règles éthiques. Certains parents ont été orientés vers ce médecin par des militants anti-vaccins. En plus du petit nombre de cas recrutés, il n’y avait pas de groupe contrôle.

La description médicale des cas a été modifiée. En comparant la description médicale des cas dans l’étude avec les dossiers médicaux des enfants (procurés par l’Ordre) on s’aperçoit que les faits sont altérés. Par exemple, des enfants avaient déjà des troubles avant la vaccination et qui n’ont pas été rapportés, l’article ne précise pas non plus que 2 garçons étaient frères et que l’un d’eux était atteint d’un syndrome d’Asperger…
Le délai moyen entre la vaccination et l’apparition des symptômes a été modifié au fil des versions. Initialement il était de 4 mois d’après le rapport des parents, puis il est descendu à 56 jours (en ne tenant compte que d’un certain nombre de cas) puis à 14 jours puis enfin à 6,3 jours dans la version finale (89,103,104).

   
    Les autres signataires de l’étude se sont rétractés en 2004, puis en 2010 le Lancet a retiré cet article de la littérature. A. Wakefield et un autre auteur ont été interdits d’exercice de la médecine. L’absence de lien entre vaccin et autisme a ensuite été confirmée par plusieurs études. Une méta-analyse de 2014 n’a pas trouvé de lien entre la vaccination (que ce soit le vaccin ou l’un de ses composants) et le risque de développer des troubles du spectre autistique (105).

L’incidence et la morbi-mortalité dues à la rougeole ont par contre nettement augmenté dans les pays anglo-saxons à la suite de cette rumeur.